Home > Services > Modèles animaux

Modèles animaux

 

Pathologie métabolique

 

  • Souris hypercholestérolémiques

LDLr -/-, ApoE-/-

 

  • Modèles de diabètes

Diabète de type 2 (souris ob/ob, souris db/db) et diabète de type 1 (modèle streptozotocine)

 

 

Pathologie vasculaire

 

  • Hypertension artérielle systémique

Modèle animal : rat, souris.

(HTA) (L-NAME, Angiotensine II)

Les méthodes consistent à inhiber la NO synthase endothéliale par administration de L-NAME dans l’eau de boisson ou à augmenter la concentration plasmatique d’angiotensine II (AII) spar implantation de minipompe osmotique diffusant de l’AII. Ces modèles qui induisent une HTA peuvent être étudiés entre 2-4 semaines.

 

  • Hypertension artérielle pulmonaire (HTAP) 

Modèle animal : rat, souris

L’HTAP est induite par hypoxie chronique (chambres hypoxique O2) pendant 2-5 semaines chez le rat ou la souris.

fffd  

 

 

 

Pathologie cardiaque

 

  • Choc septique

Modèle animal : rat
Méthode : injection intraveineuse de lipopolysaccharides d’Escherichia coli.
Ce modèle peut être étudié entre 3h-24 h post-injection. 


  • Insuffisance cardiaque d’origine ischémique

Modèle animal : rat

Méthode : ligature artère coronaire gauche

Ce modèle peut être étudié durant la phase aiguë de l’infarctus ou plus tardivement, jusqu’à 12 semaines post-ligature, avec 2 niveaux d’insuffisance cardiaque, compensée ou décompensée.


  • Troubles progressifs de la conduction cardiaque

Modèle animal : souris invalidée (knock-out), à l’état hétérozygote, pour le gène Scn5a qui code le canal sodique Nav1.5
Ce modèle présente le phénotype (troubles progressifs de la conduction cardiaque associée à l’apparition de fibrose) des patients atteints de la maladie de Lenègre, l’une des principales causes d’implantation de stimulateurs cardiaques.

 

  • Cardiomyopathie dilatée

Modèle animal : rat

induite par traitement chronique à l’adriamycine

 

 

 

Pathologie respiratoire

 

  • Modèles d’asthme aigu (ovalbumine ou acariens) permettant l’étude des exacerbations de l’asthme chez la souris

Les souris sont sensibilisées par différentes voie, selon l’allergène, une fois par semaine pendant environs 4 semaines puis challengées par voie intranasale par l’allergène avant l’analyse.

 

  • Modèles d’asthme chronique (ovalbumine ou acariens) permettant l’étude du remodelage bronchique dans l’asthme chez la souris

Les souris sont sensibilisées par différentes voies, selon l’allergène, pendant 3 semaines puis sont challengées avec l’allergène à intervalle régulier par voie intranasale, au cours des semaines suivantes (6 à 13 semaines) jusqu’à l’analyse.

 

 

 

Pathologie digestive

 

  • Trouble de la motricité digestive (adultes et nouveau-né)

Atrésie du grêle ; SRF- SM- CreER(T2)

 

  • Maladies inflammatoires intestinales (rat, souris)

TNBS (colite chimio-induite), IL10-/- (entérocolite mimant de la maladie de Crohn)

 

  • Maladies neurodégénératives (souris, rat)

Rat Tg α-synucléine humaine, souris roténone…